MKV

Devenu un standard du multimédia, le format Matroska Video (MKV) est accessible gratuitement depuis mai 2003. Comme son nom l’indique (poupée russe), c’est un conteneur pouvant héberger des flux encodés d’origines très diverses. Face à ses concurrents que sont QuickTime, MPEG4 ou AVI, le MKV se distingue en offrant de nombreuses spécificités.

Les atouts de l’open source

MKV est open source, ce qui permet aux développeurs du monde entier d’accéder au code alors que la plupart des autres formats contiennent des éléments ne pouvant être exploités que par la société propriétaire ou les partenaires autorisés. En mettant la totalité de son code à disposition, il laisse libre cours à la créativité ce qui profite ensuite aux utilisateurs finaux.

Compatibilité avec de nombreux codecs

Le MKV fonctionne sur une structure EBML (Extensible Binary Meta Language) dérivée du XML. Cette conception est pour une bonne part dans la souplesse et la puissance du format. Un des points forts du Matroska Video est en effet de pouvoir encapsuler une grande variété de fichiers. MPEG, Xvid, H.264, Theora, DivX et RealVideo pour les codecs vidéo et AAC, FLAC, MP3, Vorbis, MP2, DTS, WV, PCM et AC3 pour l’audio. En supplément, le MKV sait traiter les données provenant des logiciels de sous-titrage aux formats VobSub, SubRip, Advanced SubStation et SubStationAlpha.

Des extensions dédiées

Le MKV offre également la possibilité d’intégrer des pièces jointes telles que des images d’illustration utilisées pour les couvertures ou les jaquettes. Plus qu’un simple conteneur, il est un système complet grâce à trois extensions dédiées élargissant les possibilités. L’extension .mka supporte la totalité des formats de compression audio. Comme le laisse supposer son nom, .mkv est principalement adaptée aux fichiers vidéo. Pour ce qui est de .mks, elle traite les données provenant des codecs de sous-titrage.

Intégration dans les logiciels de montage vidéo

En supportant l’essentiel des logiciels de sous-titrage du marché, le MKV ajoute de puissantes fonctions de recherche permettant de sélectionner un sous-titre ou tout autre élément contenu dans le fichier multimédia. La possibilité de créer des menus et des chapitres permet de donner un aspect professionnel à un film amateur tout en restant techniquement accessible à un grand nombre d’utilisateurs.

Un format lisible sur la plupart des lecteurs

Matroska pouvant contenir des codecs très divers, c’est en toute logique que ce format est devenu un standard du multimédia. MKV est devenu un acteur incontournable du multimédia en ligne, mais également hors ligne. Nombreux sont les fabricants de matériels multimédias à avoir intégré le format MKV. La majorité des lecteurs DVD, Blu-Ray et les téléviseurs intègrent le MKV qui de son côté ne cesse d’évoluer. La structure EBML permet d’intégrer les améliorations des anciens formats et d’accueillir les nouveaux, la 3D étant par exemple supportée.

Pour lire les fichiers MKV sur son ordinateur, il existe deux solutions. La première et la plus simple est d’installer un lecteur nativement compatible comme BSPlayer ou Haali Media Spliter pour ce qui concerne Windows. Sur Mac équipé d’OSX, DiXv et QuickTime sont capables de lire les fichiers au format Matroska Video. La deuxième solution consiste à rendre compatible son lecteur existant en lui ajoutant les codecs nécessaires. Une fois le DivX Plus Codec Pack installé, Windows Media player ou Center est alors en mesure de lire le format MKV.